Rechercher

SEX FINGERBOARDS INTERVIEW

Si vous voulez l'une de ses boards, il faut être rapide, très rapide. Identité visuelle forte et reconnaissable, fabrication méticuleuse entièrement manuelle, peinte et dessinée à main levée...


Sex Fingerboards est de retour dans l'insta-game à gros coup d'edit archi clean ! Entretien avec le créateur de la marque made in région PACA : @sex.fingerboards !



Fingerboardz : Est-ce que tu peux te présenter un petit peu pour celles et ceux qui ne te connaissent pas ?

Lionel : Lionel 35 ans, vidéaste, deck maker. Je vis dans une station de ski, Vars, dans les Alpes du Sud, avec ma copine et mes deux chats.


FBZ : Quand et comment tu en es venue au Fingerboard ?

Lionel : Difficile de trouver une date précise, mais je me souviens que j’étais en 4ème quand les premières Tech Deck sont arrivées en France, donc il y a environ 21 ans. Je faisais déjà du skate à l’époque donc c’est venu naturellement d’avoir un fingerboard à la maison.


FBZ : Ta toute première board c'était ?

Lionel : Il me semble que ce n’était pas la marque Tech Deck, je ne me souviens plus de nom, juste que c’était la collection “Animal series”. Quant à ma première board en bois, c’était une Spleen Wood (aujourd’hui appelé Necrose)


“Checkez moins les réseaux, créez plus !”

FBZ : Qu'est-ce qui t'a amené à la fabrication de board ?

Lionel : J’ai créé mon instagram de Fb en 2017, et peu de temps après, Jamie de Wush m’a pris dans son team. Au moment où je ridais pour la marque, il avait 3 molds, il voulait se séparer d’un, qui était mon préféré. ET comme je ne me voyais pas rider un autre shape que celui là, je me suis positionné pour le lui racheter. 6 mois plus tard je pressais ma première board.

FBZ : Tu as commencé à les distribuer il y combien de temps ?

Lionel : J’ai commencé en 2019 et j’ai fait pas mal de pauses, car je fabrique mes planches sur mon balcon, et l’hiver c’est pas très pratique avec la neige ou le froid.


FBZ : Tu peux nous en dire plus sur l'origine du blaze Sex ?

Lionel : Je voulais quelque chose de simple et qu’on se souvienne facilement. Un pote a une marque qui s’appelle Drink Sexy, je m’en suis inspiré.


“J’ai plein d’idées de design que j’ai envie de tester et c’est que de l’amour.”

FBZ : Ta patte visuelle est vraiment reconnaissable, c'est quelque chose que tu as développé avec Sex Fb ou c'est antérieur ?

Lionel : Pour être honnête, je suis assez nul en dessin, donc j’ai commencé à faire des petits doodles en sélectionnant ceux avec lesquels j’étais le plus à l’aise, puis j’ai acheté des Posca et les designs se sont développés comme ça. Il n’y a jamais rien de très technique, simple mais efficace. Je m’aide aussi de pochoirs que je crée avec ma machine vinyle.


FBZ : Les finitions de tes boards sont vraiment belles et l'ensemble est ultra soigné, il me semble que tu produis en quantité restreinte. Quelle est ton approche dans la fabrication ? Tes objectifs ?

Lionel : Il y a eu deux phases dans mon approche et je préfère être le plus honnête possible car je pense que ça peut servir à d’autres. Au départ, c’était le challenge de réussir à faire une board qui me convienne assez pour que je me sente okay avec le fait de la vendre. Donc quand j’ai commencé à en vendre j’avais cette fierté de réussir à faire des boards qui plaisent. En novembre 2017 j’ai eu un pic de vente impressionnant, l’argent que la vente me procurait n’était à ce moment là qu’un bonus.


Puis à un moment je ne sais pas vraiment l'expliquer, j’ai comme perdu la passion de faire des boards, puis ce qui m'intéressait c’était l’argent des ventes. Du coup j’ai pris du recul, j’ai fait une grosse pause de 10 mois environ et aujourd’hui j’ai de nouveau la première passion qui m’anime. J’ai plein d’idées de design que j’ai envie de tester et c’est que de l’amour. Si jamais ça venait à se re-inverser, j’aurai juste à refaire une pause.


En ce qui concerne les objectifs, j'aimerai vraiment développer la marque avec de la wear, et faire mes designs sur d'autres supports.


FBZ : Le Fb connaît en ce moment un regain d'intérêt important et beaucoup de jeunes se lancent dans la fabrication de board home-made, tu as quelques conseils pour eux ?

Lionel : Avoir des outils de qualité pour que le process soit le plus confortable possible. Ne pas tout miser sur la vente, et ne pas désespérer quand ça ne marche pas. Créer un univers autour de la marque, c’est ce qui fonctionne le mieux. Flint en est le meilleur exemple.


FBZ : Revenons-en à la pratique, on le voit dans tes edit il y a du très gros niveau ! Comment tu t'organises pour bosser ? Plutôt grosse session chill ou plus du genre à spammer quand tu as 5 min devant toi ?

Lionel : J’ai un carnet de tricks !! haha. Quand je fais des sessions chill, je commence à avoir des idées de tricks, que je note, ensuite quand j’ai la motive je demande à ma copine de tenir la caméra, je lui ai expliqué comment je veux qu’elle shoot, et je ne demanderai à personne de le faire à sa place, elle gère de fou.


FBZ : La qualité de filming de tes dernières lines est vraiment superbe, quel matos tu utilises et quel est ton procédé pour obtenir ce résultat ?

Lionel : J’ai une grosse Panasonic hpx250 pour le filming zoom/dezoom, long lens quoi. et un Sony a7iii pour le fisheye ou la grosse slowmo.


FBZ : Quand tu n'es pas en train de nous préparer des belles board pour le prochain drop tu fais quoi de beau ?

Lionel : Je joue à Call of Duty, je skate.


FBZ : Un peu de skate culture pour la fin ! C'est qui ce rider qui t'a fait aimer le skate au point de finir par en faire aussi avec les doigts ?

Lionel : J’étais un grand fan de Corey Duffel, notamment de sa double part dans la That’s life - Foundation


FBZ : Merci infiniment Lionel d'avoir pris le temps de répondre à ces questions ! Et du coup je te laisse finir le boulot tiens, à toi le mot de la fin !

Lionel : Checkez moins les réseaux, créez plus !


Ma review complète d'une board Sex Fingerboards sur YouTube :


Posts récents

Voir tout